5 conseils pour mieux se concentrer

Pour certains d’entre nous, rester concentré tout au long d’une tâche est loin d’être évident, tant les distractions externes (alertes mail, téléphone, environnement bruyant, odeur de café, …) ou internes (pensées parasites, vagabondage mental…) sont nombreuses. Ce qui pourrait être bouclé en 1h, se termine tant bien que mal au bout de 5h, voire jamais, pour ceux qui commencent un projet avec enthousiasme mais ne le termine pas (car une autre idée entre temps  a détourné leur attention et leur motivation).

Pour d’autres, c’est démarrer une tâche qui peut être le plus compliqué. On a alors tendance à éviter ou repousser à plus tard ce qui nous demande un effort (si cela vous concerne, voir mon article sur la procrastination).

Voici donc quelques petits conseils visant à favoriser le maintien de l’attention tout au long d’une d’une tâche  :

1- Désencombrer l’endroit où vous allez travailler et éliminer les distractions.

Cela paraît évident, mais il est nettement plus simple de se concentrer dans un espace rangé, désencombré, voire minimaliste, que dans un espace envahi d’objets qui nous distraient malgré nous. Si chaque fois que vous levez les yeux de votre travail, vous êtes confronté à une pile de papiers à traiter, de bouquins à lire ou de bazar, cela peut capter votre attention et vous détourner de votre objectif. Devoir constamment faire des va-et-vient entre plusieurs traitements est coûteux pour le cerveau, qui s’épuise plus vite. Désencombrez donc régulièrement votre table de travail et l’endroit où vous devez fournir un effort mental. Si vous travaillez sur ordinateur, fermez votre boîte mail le temps de votre mission. Mettez sur silencieux votre portable. Rassemblez à proximité uniquement le matériel qui vous sera nécessaire, ainsi qu’un verre d’eau.

2- Définir l’objectif de votre tâche. La découper en étapes si nécessaire.

Dans certains cas, la concentration est compliquée parce qu’on ne sait pas exactement par où commencer ni sur quoi se focaliser précisément. Un projet flou peut être très décourageant et conduire à la procrastination.

Pour faciliter la mise en route, commencez par noter l’objectif de la tâche ainsi que toutes les petites étapes nécessaires pour y parvenir. Fragmentez tout gros travail en courtes missions, avec des actions bien définies. Vous pouvez aussi y ajouter des échéances (« lundi, avoir terminé étapes 1 et 2 »). Au fur et à mesure que vous accomplirez ces étapes, vous vous verrez concrètement avancer, ce qui augmentera votre motivation, un facteur clé dans les processus attentionnels.

Parfois la tâche est toute simple (ex: payer mes facture, écrire mon rapport). Il n’est cependant pas inutile de noter sur une feuille votre objectif et de la placer devant vous, histoire de vous rappeler à l’ordre, dans les moments de décrochage.

3-Transcrire sur papier tout ce qui vous encombre l’esprit.

Parfois, les distractions sont internes. Si vous avez tendance à vous déconcentrer à cause des mille et une pensées qui fourmillent dans votre tête, notez-les immédiatement pour y réfléchir plus tard. En déposant sur papier nos pensées non pertinentes pour la tâche en cours, vous libérerez de l’espace dans votre mémoire de travail, tout en vous assurant que vous n’oublierez pas de vous en occuper plus tard. Cette habitude de noter vos pensées aide aussi à mieux dormir si vous avez tendance à ruminer la nuit (« Il ne faut surtout pas que j’oublie de … », « Je devrais appeler M. un de ces jours »). Une fois noté sur papier, ce ne sera pas oublié, votre cerveau n’aura plus besoin de vous envoyez ce genre de petits rappels nocturnes !

4- Éviter le multitâche.

Faire deux choses en même temps nuit fortement à notre efficacité. En effet, notre cerveau doit basculer rapidement d’une tâche à l’autre, ce qui augmente le risque de perdre ou de ne pas traiter des informations importantes et épuise davantage les ressources attentionnelles. Essayez donc de vous focaliser sur une seule tâche à la fois.

Par contre, il est possible de faire deux choses en même temps quand l’une des actions est automatisée et ne demande pas d’attention. Il n’est pas question de conduire tout en téléphonant (car même si la conduite est automatique, on a besoin de rester attentif à la route, aux autres conducteurs, aux piétons…), mais en revanche, rien de telle qu’une balade en pleine nature pour trouver l’inspiration, réfléchir à un projet, développer des idées… Ce n’est pas un hasard si de grands penseurs comme Aristote, Sénèque ou Nietzsche, avait pour habitude de faire de longues promenades à pied.

5- Faire des pauses de qualité.

Cela peut sembler évident, mais à l’heure actuelle, beaucoup de personnes sont en situation de surcharge mentale chronique: toujours à essayer de mener mille choses de front, à culpabiliser quand il ne font « rien »…. Leur cerveau est rarement en pause.

Au bout d’une heure ou quand ça ne va vraiment plus, faites une pause pour céder au vagabondage, vous relaxer, boire un grand verre d’eau, prendre l’air, faire de l’exercice, fermer les yeux… Nos ressources attentionnelles s’épuisent vite. Les moments où vous aller prendre l’air, faire du sport, boire un thé, dessiner ou lire sont des occasions précieuses de recharger les batteries. C’est aussi à ces moments de repos que de nouvelles idées peuvent surgir.

Mais attention aux pauses chronophages qui ne permettent pas de se déconnecter, ni de se ressourcer. Se perdre 30 minutes sur Facebook n’a clairement pas le même effet sur le cerveau qu’aller prendre l’air pour se dégourdir les jambes.