La mémoire de travail, qu’est-ce que c’est ?

Mémoire à court terme

La mémoire à court terme est la fonction cognitive qui nous permet de maintenir temporairement des informations. Elle est impliquée, par exemple, quand on doit retenir une liste de noms ou un numéro de téléphone que l’on vient de nous dicter ou qu’on vient de lire. On parle de mémoire à court terme verbale quand on peut verbaliser l’information à retenir (ex: chiffre, mot écrit, dessin d’objet…) et de mémoire à court terme visuo-spatiale quand l’information est visuelle et/ou spatialement organisée (ex: dessins abstraits, cubes disposés aléatoirement).

Les capacités de la mémoire à court terme sont limitées à quelques éléments. Ainsi, Georges Miller (1956) démontra que, lorsqu’une liste d’items est présentée, on ne peut généralement restituer correctement que 7 (+ ou – 2) items ou plutôt 7 chunks, des groupements d’items traités et mémorisés comme une seule unité. Par exemple, si je vous demande de me rappeler une suite de lettres comme M S F O N U F M I D S K, il y a fort à parier que vous regrouperez certaines suites de lettres (MSF – ONU – FMI – DSK). La mémoire à court terme repose donc également sur la mémoire à long terme. Il est d’ailleurs plus facile de retenir une liste de mots fréquents qu’une liste de mots rares ou inconnus.

Ainsi, étant donné la fragilité de notre mémoire à court terme, nous avons appris à mettre en place des stratégies pour maintenir l’information et éviter qu’elle ne disparaisse avec le temps. Une autre stratégie utilisée avec du matériel verbalisable (des mots, des lettres, des images d’objets connus…) est la récapitulation articulatoire. A partir de l’âge de 6-7 ans, les enfants commencent à répèter mentalement la séquence qu’ils ont vue ou entendue, tout comme les adultes.

Mais dans les situations où le recours à ces stratégies est empêché ou minimisé, le nombre maximum d’éléments pouvant être maintenus se situerait entre 3 et 5 (Cowan, 2001).

Mémoire de travail

Le concept de mémoire de travail est parfois utilisé comme synonyme de mémoire à court terme, mais il fait plutôt référence à un système qui permet, non seulement de maintenir temporairement des informations, mais également de les traiter et de les manipuler.

Ce système comprend donc les mémoires à court terme verbale et visuo-spatiale, ainsi que des processus de contrôle exécutif et attentionnel (un « administrateur central ») qui va permettre la manipulation de l’information.

La mémoire de travail est considérée comme une fonction cognitive essentielle pour le bon fonctionnement cognitif et les apprentissages scolaires. Elle est impliquée dans toutes les tâches cognitives complexes, comme le raisonnement, la résolution de problèmes, la planification ou encore, la compréhension et la production du langage (parlé ou écrit). Comment, par exemple, comprendre un discours complexe sans avoir à l’esprit une série de concepts et de connaissances qu’il nous faut simultanément traiter ?

Chez les enfants, de nombreuses études indiquent que des faiblesses en mémoire de travail peuvent causer des difficultés dans les apprentissages complexes (mathématiques, lecture).

Dans un prochain article, je présenterai quelques conseils pour les enseignants et les parents pour aider les enfants ayant des difficultés au niveau de la mémoire de travail et plus généralement au niveau de l’attention.

Catherine Demoulin